Catégorie dans 💪 Fort de 6 promotions

Pr̩sentation РPromotion 2018/2019

Déborah ZUBILLAGA – Présidente de l’Association

Juriste stagiaire en droit des données personnelles chez SERMA NES à Paris

Après à une Licence de Droit, j’ai suivi un Master 1 Droit Pénal et Sciences Criminelles à l’université Paris Nanterre. Par la suite, j’ai obtenu deux certificats de sciences criminelles et sciences criminologiques de l’Institut de Droit Pénal et de Criminologie de l’Université Panthéon-Assas.

J’ai également obtenu le C.R.F.P.A en 2018 à l’IEJ de Nanterre, et suis Élève-Avocat à la Haute École des Avocats Conseils de Versailles.

J’ai décidé d’intégrer le Master 2 Cyberveille ; cyberdéfense ; cybersécurité car je souhaitais me spécialiser en droit des données personnelles et en cybercriminalité. Sensible aux nouvelles technologies, j’avais à coeur de promouvoir leur usage dans la pratique du droit, et souhaitais allier mes connaissances juridiques aux aspects techniques de la matière. Ce Master 2 m’offre la possibilité d’acquérir des compétences techniques et juridiques me permettant de comprendre et mettre en place des politiques de mises en conformité au sein des entreprises.

Özlem Céline GOBES – Vice-Présidente de l’Association

Consultante stagiaire en protection des données personnelles chez MGSI à Luxembourg

Je suis titulaire d’une Licence en Droit à l’Université de Strasbourg, durant laquelle j’ai par ailleurs effectué une année Erasmus à l’Université d’Istanbul. L’équivalence de mes diplômes en Turquie est en cours. Passionnée par le monde des affaires, j’ai choisi de m’orienter vers un Master 1 en Droit des Affaires à l’Université de Strasbourg. J’ai eu l’opportunité d’effectuer différents stages en cabinets d’avocats et d’y travailler en tant que juriste affairiste.

J’ai voulu terminer ma formation par une spécialisation en Droit du Numérique, consciente des demandes sur le marché de l’emploi. Je suis actuellement étudiante au sein du Master 2 Droit du Numérique : Cyberveille-Cyberdéfense-Cybersécurité de l’Université de Franche Comté.  Ce Master me permet d’allier des compétences juridiques et informatique afin de répondre aux besoins des entreprises en matière de protection des données personnelles, le secret des affaires…

Linda ELJAOUI – Secrétaire générale de l’Association

Après une Licence en droit à l’Université de Bourgogne, je me suis orientée en M1 Droit privé général à l’Université de Franche-Comté. Puis, dans la même université j’ai choisi de suivre le M2 Droit du numérique parcours Cyberveille – Cyberdéfense – Cybersécurité en raison de mon attrait pour les nouvelles technologies, l’importance de la protection des données personnelles et économiques, et ce, dans l’optique de devenir juriste d’entreprise spécialisée en intelligence économique. 

Suivre ce M2 est une grande chance car, c’est une formation juridique qui offre également une formation technique avec une introduction aux réseaux et systèmes, attaque DDoS… ce qui développe nos compétences. De plus, j’ai eu la chance de faire partie de la promotion 2018/2019 car nous avons suivi un exercice de gestion de crise ce qui est très formateur et, le Master a été labellisé par l’ANSSI. Le stage de fin d’étude va nous permettre de voir concrètement ce que sera notre fonction, car c’est un nouvel aspect de notre métier de juriste qui se dessine.

Anne-Alice DE OLIVEIRA – Trésorière de l’Association

Juriste stagiaire en droit des données personnelles chez CARGO à Toulouse

J’ai effectué une licence en droit et un diplôme universitaire en droit américain à l’Université Jean Moulin Lyon 3. J’ai obtenu un Master 2 en Droit de l’Entreprise : Parcours Droit de la Consommation à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. J’ai eu l’opportunité d’effectuer différents stages en cabinets d’avocats et en agence immobilière. 

Passionnée par les nouvelles technologies et consciente des demandes sur le marché de l’emploi, je suis actuellement étudiante au sein du Master 2 Droit du Numérique : Cyberveille-Cyberdéfense-Cybersécurité de l’Université de Franche Comté.  Ce Master me permet d’allier des compétences juridiques avec des connaissances en informatique afin de répondre aux besoins des entreprises en matière de Droit du Numérique.  

Nicolas GUZMAN-SCOLA

Juriste stagiaire chez ZIWIT à Montpellier

Ayant toujours un attrait pour les nouvelles technologies et le monde du numérique, j’ai décidé de me spécialiser dans cette voie après l’obtention d’une licence de droit privé à l’Université de Nîmes. Par conséquent, j’ai effectué un Master 1 Droit du Numérique à l’Université Toulouse Capitole qui m’a permis d’étudier les différents droits applicables dans ce domaine, notamment le droit des innovations, la propriété intellectuelle et le droit européen du numérique.

À la suite de ce Master, j’ai choisi de me spécialiser davantage dans la cybersécurité à cause des opportunités de carrière et de mon intérêt pour ce domaine. C’est pour cette raison que j’ai intégré le Master 2 Droit du Numérique, parcours cyberveille, cyberdéfense, cybersécurité. Cela m’a donné l’occasion de concilier mes centres d’intérêt, en devenant un « cyber-juriste ».

À terme, je souhaiterais exploiter les différentes facettes de ma formation pour devenir un véritable juriste technophile, en travaillant dans le domaine du numérique et de la cybersécurité.

Pauline JEANBLANC

Juriste stagiaire chez Maître Martine RAMO SADKOWSKI à Paris

Je possède un Master 1 Droit du numérique à l’Université de Bourgogne/Franche-Comté, Faculté de Besançon

J’ai effectué un stage de fin de M1 au sein de la direction des affaires juridiques des ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires 

J’ai integré le M2 Droit du numérique – Cybersécurité, Cyberdéfense, Cyberveille – afin de développer ses connaissances dans le domaine du numérique, et d’être plus aguerrie aux problématiques et enjeux du cyberespace. 

Ce Master permet de recevoir une formation à la fois juridique et technique, permettant à terme un dialogue avec différents types d’acteurs, et une approche plus complète de nombreux sujets. 

Antoine CHAILLAT-GASPAR

Juriste stagiaire chargé de la mise en conformité RGPD chez NP6 à Bordeaux

Suite à une Licence de Droit et Sciences Politiques j’ai suivi un Master 1 Droit International à l’Université de Bordeaux. Par la suite j’ai obtenu un Diplôme Universitaire en Droit, Economie et Sciences Politiques intitulé « Défense et Industrie Â». Durant ce diplôme, obtenu en 2017, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer mon stage dans une entreprise de sécurité des systèmes d’information, TEHTRIS, au sein de laquelle j’ai participé à la mise en conformité RGPD. Ce stage m’as permis d’acquérir des compétences en protection des données personnelles. J’ai par la suite effectué un bénévolat de six mois dans un pôle de compétitivité où mes missions consistaient d’une part à l’aide à l’accès au marché de la défense pour les entreprises membres, et d’autre part à l’aide à la mise en conformité RGPD dudit pôle. J’ai décidé d’intégrer le M2 Droit du Numérique : Parcours Cyberveille ; cyberdéfense ; cybersécurité car je souhaitais finaliser mes compétences sur la protection des données personnelles tout en cultivant des connaissances sur l’intelligence économique. Enfin j’aspirais surtout à développer des connaissances sur les aspects techniques que revêt l’informatique.  

Le Master 2 comble mes attentes en ce qu’il nous permet de finaliser notre parcours universitaire juridique tout en ayant constamment à cœur de nous former à nos activités professionnelles futures en nous permettant de comprendre les enjeux techniques, tant juridiques qu’informatiques. De plus l’obligation d’effectuer un stage nous permettra d’appréhender concrètement ce que sera notre fonction de demain.  

Athina GEORGIADIS

Stagiaire chargée de conformité à la protection des données personnelles chez SAFRAN à Paris

Je suis titulaire d’une licence de droit à l’Université de Franche-Comté à Besançon. Passionnée par l’univers des nouvelles technologies, j’ai choisi de m’orienter vers un Master 1 en Droit du Numérique à Besançon. Cette première année m’a permis de rédiger un mémoire sur la Blockchain et ses applications juridiques. J’ai pu également effectuer un stage au sein du cabinet Brocard à Saint-Genis-Pouilly où j’avais pour mission de mettre le cabinet en conformité avec le RGPD.

Par la suite, j’ai continué par un Master 2 en Cybersécurité, Cyberveille, Cyberdéfense, qui est l’opportunité d’acquérir des connaissances alliant les domaines juridiques et informatique afin de pouvoir aisément discuter et travailler à la fois avec la direction juridique et les responsables informatiques. 

Aloïs MICHAUD

Juriste stagiaire en conformité RGPD chez VEUVE AMBAL Ã  Montagny-les-Beaune. 

Titulaire d’une licence de droit à l’Université de Franche Comté à Besançon (25). Les opportunités qu’offrent l’émergence des nouvelles technologies ont orienté mon parcours universitaire comme le souligne mon inscription dans un Master 1 Droit du Numérique. Durant ce master j’ai pu rédiger un mémoire portant sur l’applicabilité du droit à l’oubli par les entreprises. J’ai également pu effectuer un stage comme juriste conformité au sein de la société AR ELECTRONIC à Besançon. De ces expériences je tire une connaissance complète du RGPD et un projet de vie autour du métier de la conformité. 

Par la suite j’ai continué par un Master 2 en Cybersécurité, Cyberveille, Cyberdéfense en double cursus avec un bachelor en droit suisse. Ce master est l’opportunité d’affirmer mes connaissances juridiques et informatiques afin de pouvoir répondre à toutes les problématiques en matière de protection des données.  Le bachelor quant à lui m’apporte une nouvelle approche me rendant complémentaire sur le domaine du compliance officer.


Camille DOLE

Assistante stagiaire chef de projet en sécurité et audit des systèmes d’information chez les Laboratoires Servier à Suresnes.

Après une Licence en Droit de l’Art et du Patrimoine Culturel, je me suis orientée vers le Master 1 Droit du Numérique à Besançon afin d’élargir mon champ de compétences (Droit, Histoire de l’Art et Numérique). Depuis longtemps intéressée par le numérique et les nouvelles technologies, le Master 2 m’a permis d’acquérir des notions plus techniques. 

Intéressée depuis toujours par le trafic de biens culturels, ce parcours m’a permis d’avoir de solides compétences dans ces trois domaines, qui sont aujourd’hui essentiels car les problèmes liés au trafic se renforcent avec les nouvelles technologies. 

Thomas LADANT

Juriste stagiaire au sein du groupe Acadir à Dole       

Après une Licence en droit, j’ai fait un M1 Carrières judiciaires à Dijon (2017-2018). Puis j’ai intégré le M2 Cyberveille ; Cyberdéfense ; Cybersécurité afin de développer mes connaissances des aspects juridiques de juriste conformité, et acquérir des connaissances sur la protection des données personnelles.

Sara KHALDOUN

Stagiaire conformité RGPD dans un organisme public

Ingénieure en informatique de l’école algérienne, j’ai décidé de suivre une formation en droit du numérique pour compléter mon parcours. Après avoir obtenue le diplôme de Master 1 droit du numérique de l’Université Franche-Comté, je suis en Master 2 droit du numérique : Parcours Cyberveille – Cyberdéfense – Cybersécurité au sein de l’UFR SJEPG.

Avoir une double compétence est un atout, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Mon objectif principal est de combiner les deux compétences sur le marché du travail. Je suis convaincue que les associer est un atout incontestable. A l’issue de la formation, j’atteindrai mon but. Les questions de la propriété intellectuelle, et la régulation des réseaux de communication électronique abordé dans le Master m’ont particulièrement plu. J’ai également beaucoup apprécié l’opportunité qui nous a été offerte, à travers les conférences animées par des spécialistes.


Nathan VOISIN

Juriste stagiaire RGPD et formation de personnel en cybersécurité chez Société fiduciaire Centrez à Lyon

Je suis titulaire d’une licence en Droit, Economie, Gestion de l’université de Jean-Monnet à Saint-Etienne. 

Après un Master 1 en Droit International et Européen ainsi qu’un Master 1 en Droit des affaires j’ai intégré la formation de l’université de Besançon Franche-Comté en Droit du Numérique afin d’acquérir des compétences dans les domaines de l’informatique et des nouvelles technologies.

Photo de promotion 2017-2018

Professeurs

Pascal Kamina – Christophe Lang  – Christophe Brignot

Master 1

Athina Georgiadis – Camille Dolé – Sara Khaldoun – Pauline Jeanblanc – Olivier PrévostJulien Gillard  

Master 2

Jeanne BensaïdLaurène PourcelotOlivier PetitjeanAlexis Gabry – Valentin Gabry – Anne Plantier – Camille Guillen – Johan RobertEmma MagninMaude MagnardThomas VilminotAlicia BruleyLucie Brenet –  Marine Lahaye 

 

Nos diplômés de la promotion 2018/2019

Olivier PETITJEAN

Après l’obtention d’un bac littéraire avec mention, Olivier s’est orienté en 2011 vers des études de philosophie puis s’est réorienté en faculté de droit à Belfort après obtention de son année. Il a obtenu sa licence avec mention en 2015, et a intégré le master 1 Droit Privé de Strasbourg dans lequel il a pu recentrer ses ambitions professionnelles. Ainsi, il s’est tourné vers le master 1 Droit Privé de Besançon et, par la suite, le Master 2 Droit du Numérique.

1- Qu’avez-vous pensé de manière générale du Master 2 ?

Ce Master 2 est apparu pour beaucoup comme un objet de curiosité lors de sa création. Beaucoup étaient intéressés mais la question de sa viabilité était aussi sur toutes les lèvres. Après avoir suivi cette formation, je peux dire que sa viabilité n’est pas une question à poser. Le master possède toutes les qualités qui permettent d’en faire un parcours très intéressant et surtout très professionnalisant.

2- Avez-vous eu des difficultés à trouver un stage? Puis, à l’issue du Master à vous insérer dans le monde professionnel?

La plus grande difficulté a été de choisir un stage parmi la multitude de propositions que nous avons reçu. Pour ma part, j’avais reçu une proposition d’un grand groupe bisontin, d’une PME informatique de Haute-Saône, ainsi que d’un grand cabinet de consulting parisien. Les offres étaient donc variées et toutes très intéressantes.

A la sortie du Master, l’entreprise où j’effectuais mon stage souhaitait maintenir nos relations de travail. Cependant j’ai décidé de créer ma propre société « TALOS PMC Â» qui officie dans la protection juridique des données des entreprises et leur mise en conformité RGPD. J’ai depuis reçu plusieurs offres d’emplois que je traite par le biais de ma société avec mes associés.

3- Quels sont, selon vous, les avantages de la formation?

Les avantages de la formation sont nombreux mais je noterais en particulier la rareté de ce genre de formation, et son aspect technique en plus de son côté juridique. Le juridique est un domaine qui a souvent tendance à être surchargé par un trop grand nombre de candidats, mais ce n’est pas le cas de ce domaine « Juri-geek Â» qui apporte de nouveaux challenges aux entreprises. Cette formation nous donne une valeur supplémentaire non négligeable.

4- Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Bien évidemment, je n’hésiterais pas une seule seconde.

5- Vous êtes vous senti épanoui pendant la formation ?

Je faisais partie de la première promotion de ce Master, j’ai donc étrenné le master avec tout l’intérêt de découvrir ce nouvel horizon.

Ce que je retiens de cette formation est la cohésion de groupe formidable entre étudiants, mais également avec les enseignants.

6- Comment en avez-vous entendu parler ?

J’étais étudiant dans le Master 1 de droit privé de l’Université de Besançon et en apprenant la création de ce master j’ai forcément été intéressé par le côté à la fois innovant et inattendu de cette formation. Cet intérêt m’a amené à en faire mon unique vœu à la sortie de mon master 1.

7- Qu’avez-vous pensez de la plus value à mêler technique et juridique ?

C’est sans aucun doute le plus grand atout de ce master qui séduit bon nombre de professionnels et qui permet aux étudiants d’acquérir une compétence qu’on ne trouve pas à l’heure actuelle. Plusieurs professionnels ont souligné qu’ils étaient ravis de pouvoir enfin parler « technique Â» avec des professionnels de droit sans avoir à expliquer pendant plusieurs minutes comment celle-ci fonctionnait. Les Juristes ayant cette compétence sont rares et donc très appréciés par les professionnels.

Camille GUILLEN

Camille a obtenu une Licence en sociologie, puis a poursuivi en Master 1 AES Parcours Action Politique et Politique Publique. C’est dans ce contexte qu’elle a intégré le Master 2 Droit du numérique, dans lequel elle a pu effectuer son stage au rectorat de Besançon au service juridique et à la délégation académique au numérique éducatif.

1- Qu’avez-vous pensé de manière générale du Master 2 ?

Le master qui est proposé est à la fois innovant et très complet. S’ajoute aux cours classiques d’autres facultés de droit, l’aspect Cyber qui est vraiment très intéressant. À cet enseignement de qualité s’ajoute des professeurs et professionnels qui nous donnent envie de nous investir.

2- Avez-vous eu des difficultés à trouver un stage? Avez-vous réussi à vous s’insérer dans le monde professionnel dès l’obtention de votre diplôme ?

Concernant le stage, j’ai envoyé quelques demandes, et j’ai eu rapidement des positives. Je n’avais donc plus qu’à choisir.

Actuellement, je suis en poste dans une entreprise locale bisontine.

3- Quels sont selon vous les avantages de la formation?

L’avantage est d’avoir un double enseignement informatique et juridique. Cela nous permet d’avoir une vision plus large que la vision simplement juridique.

4- Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Sans aucun doute.

5- Vous êtes-vous senti épanouie pendant la formation ?

J’ai adoré l’entraide entre les étudiants du Master. J’ai beaucoup appris durant cette année, fait de belles rencontres et par la force des choses, je me suis énormément épanouie.

6- Comment en avez-vous entendu parler ?

J’ai découvert le master à la soirée des masters mise en place chaque année par la faculté.

7- Qu’avez-vous pensé de la plus value à mêler technique et juridique ?

Je pense que c’est ce qui différencie ce Master des autres que l’on peut trouver sur le marché, et ce qui permet de ne pas seulement s’arrêter à la théorie.

Laurène POURCELOT

Laurène avait pour projet professionnel d’être officier de police ou juriste d’entreprise. Elle a effectué une licence de droit à Besançon axé droit privé. Par la suite, elle a effectué son master 1 Droit Privé à Besançon en choisissant des matières en lien avec le numérique. Elle a appris que le Master 2 Droit du Numérique ouvrait ses portes, et s’y est inscrite. Elle souhaite devenir juriste spécialisé en droit du numérique ou intégrer la police.

1- Qu’avez-vous pensé de manière générale du Master 2 ?

D’une manière générale, j’ai vraiment apprécié ce Master 2. J’ai trouvé les cours très intéressants, enrichissants, et très complets. Les professeurs sont également compétents. De plus, même si l’on n’a pas fait le Master 1 Droit du Numérique, les cours sont très accessibles.

2- Avez-vous eu des difficultés à trouver un stage, et à l’issue du Master à vous insérer dans le monde professionnel?

Pour trouver un stage je n’ai pas rencontré de difficultés. Les entreprises étaient assez curieuses quant à cette formation et étaient très intéressées d’accueillir un stagiaire dans leur établissement.

En ce qui concerne l’insertion professionnelle, je suis actuellement à la recherche d’un emploi, mais je me concentre pour le moment à une recherche en Franche-Comté uniquement. Si l’on cherche dans toute la France, c’est bien sûr beaucoup plus simple de trouver un emploi.

3- Quels sont selon vous les avantages de la formation?

Selon moi, l’un des gros avantages de la formation est qu’elle est unique en France. Nous sommes dans les premiers à recevoir ce type d’enseignements, ce qui est un avantage sur le marché du travail. De plus, la formation est complète d’un point de vue juridique.

4- Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Je le referais sans hésiter ! J’ai adoré cette année qui a été pour moi vraiment passionnante, je ne regrette pas mon choix et je sais qu’il y a beaucoup de débouchés, et que d’autres vont se créer au fur et à mesure des avancées technologiques.

5- Vous êtes-vous senti épanouie pendant la formation ? 

Oui, je me suis vraiment épanouie lors de cette formation. Je pense même que c’est l’année que j’ai préféré de tout mon parcours scolaire. Tout d’abord car je suis une passionnée des nouvelles technologies en général, mais aussi car l’équipe enseignante était vraiment super et très accessible quand le moindre souci se posait. Enfin, il y avait une bonne ambiance au sein de la promo.

6- Comment en avez-vous entendu parler ?

J’en ai entendu parler lors de mon année de Master 1.

7- Qu’avez-vous pensez de la plus value à mêler technique et juridique ?

Cet aspect du Master était très intéressant. La partie juridique est essentielle bien sûr pour comprendre tous les principes qui existent autour de la protection des données, mais la partie technique est importante également quand on fait ce genre de formation car elle permet d’être plus à l’aise avec l’outil informatique, ce qui est indispensable pour le type de métiers que l’on souhaite exercer à la sortie de la formation.

Anthony A.

Anthony a toujours eu pour objectif d’intégrer la police nationale ou les forces de sécurité de notre pays. Après l’obtention d’un baccalauréat ES, il a effectué une licence en droit privé à l’Université Jean Moulin Lyon 3 pour enchaîner un master 1 Droit Pénal Sciences Criminelles – Mention Sécurité Intérieure dans la même faculté. Il a ensuite choisi de quitter Lyon 3 pour intégrer le Master 2 Droit du Numérique de Besançon afin de renouer avec sa passion pour l’informatique et coller aux enjeux actuels de la sécurité intérieure. Il est actuellement assistant de justice au parquet d’un TGI, et prépare les concours d’entrée de la police.

1- Qu’avez-vous pensé de manière générale du Master 2 ? 

Dans l’ensemble, j’ai été vraiment satisfait de ce master. Une ambiance très familiale avec un corps enseignant très accessible et à l’écoute, pour toutes questions.

Mais dans l’ensemble j’ai été agréablement surpris par l’implication des professeurs, le mélange technique informatique et juridique. C’est un vrai point fort du Master qu’il faut savoir mettre en avant sur nos CV. Je soulignerais également que les interventions de personnes extérieures étaient de qualité.

2- Avez-vous eu des difficultés à trouver un stage? Puis à la sortie du diplôme à vous insérer dans le monde professionnel? 

J’ai eu un stage dans un service juridique d’une multinationale, car le délai du stage de fin d’étude ne me permettait pas de le réaliser dans le domaine public.

Ce stage a vraiment été génial. D’ailleurs je l’ai trouvé grâce à la fac. On avait beaucoup d’offres venant du privé. En réalité pour le privé, nous n’avions pas à chercher, les stages venaient à nous.

3- Quels sont selon vous les avantages de la formation? 

Pour les avantages de la formation je vais les lister :

РUn m̩lange technique / juridique qui colle parfaitement aux besoins actuels des services juridiques/l̩gal tech etc .. Le seul en France!

– Une visibilité qui s’est tout de suite fait sentir dès l’ouverture du Master

– Une proximité avec le corps enseignant qui permet une vraie qualité d’enseignement

4- Si c’était à refaire, le referiez-vous ? 

Si c’était à refaire, c’est certain je le ferais sans hésiter une seconde. Je ne regrette absolument pas mon choix. J’étais super bien dans ce master !

5- Vous êtes vous senti épanouie pendant la formation ? 

Comme je vous le laisse penser dans ma réponse précédente, oui j’étais très épanoui. Ça m’a fait beaucoup de bien de mélanger la pratique du droit que j’adore avec le monde de la technologie.

6- Comment en avez-vous entendu parler? 

Par une amie. Elle a également postulé au Master.

7- Qu’avez-vous pensez de la plus value à mêler technique et juridique ?

La plus value est juste extrêmement importante à mon sens. Pour avoir été en stage dans une très grosse entreprise implantée dans 21 pays, et donc avec un service IT dédié, j’ai vu que j’étais vraiment sollicité quand il fallait faire le lien entre la théorie juridique et le côté très pratico-pratique de la mise en place informatique. Je pense qu’on peut vraiment être des éléments clés dans une meilleure application des obligations légales au niveau informatique.

On le voit aussi dans d’autres domaines, j’ai notamment fait une formation à la cybersécurité pour des sociétaires de Groupama Bourgogne-Franche-Comté qui voulait justement ce mélange, technique / juridique de manière compréhensible pour des « non-initiés » !